top of page

Everything you want to know about gastronomy but were afraid to ask ChatGPT

  • Photo du rédacteurSue R.

Des Projets pour Thanksgiving?


Lorsque j'étudiais la gestion de projet il y a vingt ans, j'ai décidé de l'appliquer à la fabrication de sushis, puis, une fois que j'ai eu acquis cette maîtrise, je l'ai appliquée à la construction d'un aqueduc romain en 16 avant J.-C., qui s'est finalement transformé en roman. En d'autres termes, la gestion de projet est transversale dans le temps et dans les sujets. La grande cuisine, qui échappe à beaucoup, est une prouesse organisationnelle. Après le taylorisme, Sue dévoile un autre aspect de la gastronomie qui peut s'adonner aux techniques avancées de fabrication. P.C.



Le temps se rafraîchit enfin, l'automne bat son plein. Pour les Américains, cela signifie que Thanksgiving est proche. Thanksgiving est une fête chaleureuse. Lorsque les feuilles sont tombées, que les citrouilles sont d'un orange profond et que le football universitaire est à son apogée, les familles se rassemblent des quatre coins du pays pour un long week-end d'indulgence et de gratitude. Comme dans un tableau de Norman Rockwell, les générations se rassemblent autour de la longue table de la salle à manger de grand-mère pour célébrer l'amour, la joie et l'appréciation des uns et des autres.




Thanksgiving commémore le repas au cours duquel les Pèlerins et le peuple Wampanoag voisin se sont assis ensemble et ont partagé en paix l'abondance des récoltes de la nature. L'histoire raconte qu'en 1621, après que les pèlerins religieux soient arrivés d'Angleterre et se soient installés près de Boston, Tisquantum, alias Squanto, membre de la tribu Patuxet, leur a montré comment cultiver le maïs, les sauvant ainsi de la famine. Cet automne-là, lors de la première récolte des pèlerins, leurs voisins Wampanoag se sont présentés un jour et tout le monde s'est assis ensemble et a mangé. Tout le monde a contribué au repas. Aujourd'hui, le troisième jeudi de novembre, les Américains se souviennent de cette rencontre en partageant un repas avec leurs proches.

En tant que fête des récoltes, la nourriture de Thanksgiving est centrée sur les produits de l'automne. Aux États-Unis, ces aliments sont originaires d'Amérique du Nord. Le repas traditionnel de Thanksgiving se compose d'une dinde entière rôtie, d'une farce au pain, d'une purée de pommes de terre, d'ignames confites, d'une gelée de canneberges, de petits pains moelleux, d'une casserole d'haricots verts et d'une tarte à la citrouille.


Depuis des siècles, les grands-mères organisent habilement de grandes fêtes de famille en préparant de nombreux plats complexes. C'est grâce à leurs nombreuses années passées à réunir la famille qu'elles sont devenues des magiciennes des dîners. En effet, préparer un dîner pour un si grand nombre de personnes n'est pas une mince affaire : cela demande beaucoup de savoir-faire, notamment en matière de planification.


En tant qu'ancienne boulangère, travaillant maintenant sur des technologies aérospatiales avancées, je suis convaincue que, dans le cadre de leur formation à la gestion de programme, tous les ingénieurs devraient préparer un dîner de Thanksgiving pour un groupe de dix personnes au moins une fois dans leur vie. En effet, la réussite d'un bon dîner n'est plus à la seule merci d'un client distant : il s'agit d'un événement familial fluide qui se déroule parfois dans un climat de tensions et de frictions où toute erreur peut se transformer en incident diplomatique. Vous ne pouvez pas échouer, c'est le test ultime ! Voici donc un point de vue culinaire, le plus vénérable de tous, sans doute.


La préparation d'un dîner pour un groupe incorpore tous les éléments de planification utilisés dans la gestion de projets d'ingénierie et probablement plus encore. Les compétences nécessaires à la préparation d'un grand repas ne sont pas difficiles à acquérir, mais il faut de la pratique pour les maîtriser. Les personnes qui attendent impatiemment la dinde accélèrent cette pratique.


Tout comme la cuisine, l'exécution d'un projet peut être divisée en cinq phases : la planification, la définition des matériaux nécessaires, l'achat, la production et la livraison. En termes simples, cela signifie qu'il faut déterminer le contenu du repas, rédiger la liste des ingrédients, aller à l'épicerie, cuisiner et servir. Chacune de ces phases a sa propre heure de début et se nourrit de la phase précédente.


En théorie, tout est ordonné et le projet progresse à travers chaque phase, passant d'une étape à l'autre comme une cascade qui descend le long de son chemin, pierre par pierre, avec une lumière scintillante et le gazouillis des oiseaux qui nous accompagne.

En réalité, chaque étape peut suivre le cours du projet, se déroulant parfois de manière linéaire et se repliant parfois sur elle-même, comme la pâte la de tarte au potiron oubliée dans le four.


Le plan au début du projet est très ordonné sur le papier. Les tâches se succèdent, se chevauchent et s'imbriquent les unes dans les autres. Les objectifs sont clairement définis. La durée de chaque tâche montre que la date d'achèvement prévue est facilement réalisable. Tout est si logique! Qu'est-ce qui pourrait aller de travers ?

Pour commencer, le chat qui a trouvé la dinde, le magasin du coin n'a plus de canneberges, le grand-père qui a emmené les citrouilles au stand de tir, la nouvelle belle-fille qui n'aime pas le gluten de citrouille, la cuisinière qui s'est emballée avant de rendre l'âme... et j'en passe !


Mais avant le chaos, examinons la méthode. La phase de planification du projet se résume à trois questions : Que faisons-nous ? Comment allons-nous le faire ? Quand allons-nous le faire ?


Vous remarquerez, si vous êtes un fan de Simon Sinek, auteur de Start with Why, que je n'ai pas demandé pourquoi nous réalisons le projet : probablement parce que c'est la question la plus prégnante qui traverse silencieusement l'esprit de millions de personnes pendant ces étranges et trop courtes vacances. C'est un peu la même chose qui arrive à de nombreux ingénieurs. Lorsqu'un ingénieur d'une grande organisation est affecté à un projet, la direction en a déjà fixé l'objectif. Le rôle de l'ingénieur, par défaut, est d'exécuter le projet. Adhérer à la vision est une bonne chose, mais en l'occurence c'est sans importance. De même, une grande partie de notre vie quotidienne n'est pas guidée par une vision, mais par les circonstances et les obligations.

Le dîner de Thanksgiving est l'exemple parfait d'un projet qui, pour beaucoup, est une obligation qui motive l'événement plutôt qu'un désir sincère d'organiser une fête. Je dirais que de nombreux participants au repas de Thanksgiving se réunissent en serrant les dents, en adoptant une attitude d'aimpatience et en se demandant ce qu'il est possible d'éviter. Thanksgiving est une exigence sociale, pas un divertissement ; c'est pourquoi il se prête très bien à un exercice de formation à la gestion de programme.

Lorsqu'un projet a une vision inspirante et un "pourquoi" stimulant, l'enthousiasme peut conduire le projet et inspirer la participation sans trop d'efforts, de manière transparente. C'est dans la corvée de travailler sur un projet par obligation que se fait le véritable apprentissage de la gestion de programme. Comment faire en sorte que les gens travaillent dans les délais lorsqu'il n'y a pas d'inspiration ? Dans la gestion de projet, nous appelons cela un leader; dans une famille, nous appelons cela impossible.


Mais revenons à la tâche.....


Ok, que faisons-nous ? C'est ici que nous définissons les produits livrables du projet - ce que nous fabriquons et combien nous en expédions au client. Dans un projet d'ingénierie, cette définition figure dans le contrat. Les produits livrables peuvent être des poutres en I pour la construction d'un pont, par exemple. Il est important, à ce stade, de définir clairement le champ d'application et l'état de ce que vous faites et de ce que vous ne faites pas, même s'il est difficile de définir une "soirée de joie et de rire, bien réglée et sans accroc, où l'on déguste la dinde".


Dans notre exemple du dîner de Thanksgiving, "ce que nous faisons" signifie que nous allons servir à 10 personnes une dinde traditionnelle avec toutes les garnitures. Pour rester dans le thème, tous les plats seront servis à la manière d'une famille, chacun étant assis autour d'une grande table. Des bols et des plateaux seront distribués autour de la table pour que chacun se serve sa propre portion. Il est vrai qu'un buffet est beaucoup plus facile à réaliser pour un groupe de dix personnes qu'un repas familial.


Une fois que nous savons ce que nous allons préparer, nous devons décider comment nous allons le faire. Ces poutres en I devront répondre à certaines exigences pour que le pont ne s'écroule pas. L'acier nécessitera des étapes spécifiques de forgeage, de recuit et de traitement pour que le matériau puisse supporter les charges requises. Une usine aura besoin d'équipements et de procédures spécialisés pour traiter l'acier brut. La peinture ou les revêtements anticorrosion doivent être pris en compte.

C'est ici que nous devrons commencer à prendre des décisions pour notre repas de Thanksgiving. De nombreux plats traditionnels sont cuits ou rôtis au four. Outre le fait qu'il est impossible de mettre tous les plats au four en même temps, chaque plat cuit à une température différente. Si nous choisissons de conserver tous les plats cuits au four, nous serons obligés d'établir des priorités dans l'ordre de cuisson.

Toutes ces choses doivent être faites avant une certaine date. N'oubliez pas que vous ne voulez pas que le silence gênant qui règne dans le salon se prolonge au-delà de 18 h 33. Le temps nécessaire à tous les processus pour créer les produits livrables du projet doit être pris en compte. Les délais dépendent des délais d'achat des matériaux, de la durée de traitement des matériaux et de la distance d'expédition des marchandises. S'il s'avère qu'un projet ne respecte pas la date de livraison requise, d'autres sources de matériaux et d'autres processus peuvent être envisagés pour réaliser les produits livrables.

Notre dîner de Thanksgiving pourrait être trop ambitieux pour le temps dont nous disposons pour le préparer. La préparation de chaque plat à partir de rien prend du temps et comporte un certain nombre d'étapes complexes. Pour préparer chaque plat, un plan de répartition du travail sur plusieurs jours permettra d'équilibrer la charge de travail.


Le plan du projet devra être assez fiable avant de passer à la phase suivante, mais il évoluera également en cours de route. Le plan permet de déterminer si la portée du projet et les résultats attendus doivent être révisés, si des processus différents doivent être mis en œuvre ou si un délai supplémentaire doit être accordé pour l'achèvement du projet. Toute cette planification est nécessaire, mais dès que nous commencerons à travailler, elle sera révisée. C'est pourquoi le plan doit être suffisamment précis pour définir l'activité, mais aussi suffisamment souple pour évoluer.


Mais ceux qui sont dans les cuisines, les mères souvent, mais les hommes aussi, connaissent très bien ce principe. Car la pratique compte et les cuisiniers sont des pros du rétroplanning!

Pour les lecteurs qui sont des ingénieurs expérimentés mais des cuisiniers novices, nous vous invitons à lire la version élargie, celle de l'ingénieur (bientôt). Pour les autres, n'oubliez jamais qu'offrir un repas est un équilibre suprême entre l'art, la science, la planification et beaucoup d'amour !


Sue R.


Dindon par Dall.E, message "Un dindon pointant vers un tableau de projet, style van gogh".


Peinture de Norman Rockwell, Freedom from Want (La liberté de vivre à l'abri du besoin)

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Join the Biztro Club

For hearty, spicy, succulent, raw, acidic and tangy insight into Gastronomy

bottom of page